Contact : info@overlandaventure.com

Balade dans les plis des montagnes du désert de Gobi

DCIM100MEDIADJI_0151.JPG
Avant de partir, on avait repéré sur Google Earth un massif formé par un plissement des couches géologiques, très beau vu du satellite, et nous avions envie de voir ce que cela donnait vu de près et de tenter des prises de vue avec le drone. Dans ces régions, les mouvements de compression tectonique qui ont formé les montagnes sont anciens et les plissements résultants ont été très fortement érodés. Du coup, il ne reste plus que les plis en forme de creux (qui s’appellent des synclinaux) –ce sont eux qui forment les montagnes, alors que les bosses (anticlinaux) ont complètement disparu.


Le synclinal du massif de Xyreï Xana est très beau car il est formé de couches de couleurs contrastés et de résistance très différentes : les roches dures forment de grandes parois sombres presque verticales, et les roches plus tendres des creux dans lesquels nous pouvons circuler et où sont installées quelques yourtes. On avait repéré la gorge principale qui traverse le massif du sud vers le nord : on découvre en effet un canyon magnifique, avec un peu d’eau, une grande richesse dans le désert. L’entrée de la gorge est très étroite, seuls passent les nomades avec leurs petites motos chinoises. Nous l’explorons donc à pied jusqu’à rencontrer une yourte où nous sommes invités à boire le thé. On entre ici dans la succursale de Darty : 2 TV, 3 téléphones portables, un appareil photo numérique… il ne manque que le frigo et les plaques vitrocéramiques. Ici en plus du poêle à bois/bouses classique il y a un fourneau en terre sur lequel on fait cuire le lait pour préparer le fromage qui sèchera ensuite dehors au soleil (et qu’on nous offre généreusement). Sur le poêle, une drôle d’installation : un espèce de cylindre fermé hermétiquement avec de l’eau dessus ; dedans au fond du lait, et au-dessus, une casserole remplie d’un liquide transparent. Késako ??? Ben c’est le distillateur bien sûr ! Pour faire de l’alcool avec le lait des chèvres. Ce n’est pas la première fois qu’on y goute (pas très fort, un peu aigre) mais nous n’avions pas encore vue le mode de fabrication en live.

Nous repartons avec la voiture pour contourner le massif, entrer par une autre gorge plus à l’est, et faire quelques images vues du ciel. Nous campons dans le lit de la rivière, heureusement à sec mais il ne doit pas falloir trainer par ici en temps de crue. Le lendemain, après avoir repéré la sortie de la gorge, nous décidons d’explorer la montagne pour trouver un circuit à travers les plissements, en suivant les couches géologiques. Nous rencontrons encore des nomades, qui sont en pleine séance de réparation électronique car une chèvre a cassé la prise de l’antenne satellite. Misère ! C’est super important la télé ici, chaque yourte en est équipée. Surtout ici, il n’y a que des hommes seuls qui doivent un peu s’ennuyer (c’est la rentrée scolaire et nous supposons que les femmes et les enfants sont retournés au village), il ne faut pas qu’ils ratent la énienne rediffusion des combats de lutte du Nadaam. En fait, si toutes les yourtes ont des TV, nous les avons rarement vues allumées. Sauf une fois où nous avons regardé « les dieux sont tombés sur la tête » traduit en mongol, un moment assez surréaliste…
Nous prenons le temps de boire le thé ensemble avant de repartir sans avoir pu malheureusement les aider à réparer. Après quelques tours et détours dans un magnifique paysage lunaire, nous trouvons enfin la sortie du labyrinthe et rejoignons la plaine plus au nord.

Nous rencontrons une ancienne exploitation de sel abandonnée et longeons le lit de la rivière en partie ensablé où se trouvent une série de puits, la nappe phréatique n’est pas loin. On vérifie, ça marche, mais il faut pousser fort !
DSC04019
DSC04016
Après avoir croisé une exploitation minière et – encore une fois – une route en construction par les chinois, nous rejoignons la petite ville de Gurvantes. L’entrée de ville est soignée (un goudron tout neuf) mais les panneaux de circulation ne sont pas encore au point… Le temps s’est couvert, le lendemain, ce sera notre première journée de pluie dans le désert. Ça n’arrive pas souvent, mais ici il pleut pendant l’été. On se réfugie dans un bistrot, pour manger et profiter du 220V pour faire du tri dans les photos. Des chinois intéressés les regardent avec nous et nous invitent à manger des nouilles aux petits légumes et du melon, cooool !!! Ça a du bon d’être près de la frontière.

[codepeople-post-map]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *