Contact : info@overlandaventure.com

Mécanique et sanatorium soviétique souterrain

Sanatorium de Chon Tuz

Après la vallée d’Arpa, le mauvais temps s’est installé pour une semaine. Nous faisons une escale de quelques jours à Naryn en guesthouse en attendant que ça passe. Nous y retrouvons les Khronos qui arrivent du nord du pays, eux aussi réfugiés climatiques, et en profitons pour faire quelques bonnes bouffes.

Le temps n’est encore pas terrible, du coup on décide de visiter le sanatorium de Chon Tuz, très original car installé dans une mine de sel souterraine. Ce sanatorium atypique est réputé pour soigner les maladies respiratoires car l’air de la mine contient des particules de sel et du radon, un gaz radioactif qui – à dose raisonnable – était réputé pour ses vertus curatives.

Une atmosphère particulière, à la fois angoissante, déprimante et fascinante, de ruines soviétiques règne dans ce sanatorium souterrain. Tout est rouillé, des concrétions de sel ont commencé à recouvrir les canalisations. On frissonne dans les galeries où il ne fait pas plus de 10°C. Le sol de terre battue est poussiéreux. On peut se demander si rester dans l’humidité, le froid et la poussière n’aggrave pas les problèmes pulmonaires… Des « chambres » fermées par des planches ont été aménagées dans des alcôves le long des galeries. Les « résidents » ont un billard, une salle TV et une salle pour manger à leur disposition. On croise une vieille femme toussotante, certainement une pensionnaire, que sa famille vient visiter. Une barque est posée dans un coin, effectivement une des galeries donne sur un lac souterrain, rempli d’eau croupie et de déchets, devant l’entrée duquel on a installé une photo de cascade de montagne et quelques plantes en plastique. Mais quelle angoisse de rester ici plus d’une heure!

Nous voulons ensuite continuer sur des pistes de haute montagne, mais la voiture fume blanc et a du mal à démarrer quand le moteur est froid. Pas rassurant pour partir sur les pistes isolées ça… Du coup nous décidons de passer à Bishkek pour tenter de réparer. Sur les conseils de Ryan (Iron Horse Nomads), on se retrouve dans un petit garage qui ne paye pas de mine. On est très bien reçu par une bande de Russes tatoués, très sympas, mais qu’on n’aimerait pas croiser de nuit dans une ruelle sombre 😉 L’un d’entre eux a le bras complètement noirci pour recouvrir les tatouages d’un passé qu’il vaut mieux vraisemblablement oublier. Ils ne parlent pas un mot d’anglais et nous passent leur chef de bande au téléphone qui assure un semblant de traduction. Ils font rugir le moteur pendant un bon moment enfumant au passage tout le quartier, se creusent la tête, tripatouillent on ne sait quoi sous le capot. Finalement ils nous passent le téléphone pour dire que c’est OK le problème est réglé! On les voit disparaitre sans un mot, même pas le temps de les remercier. Leur chef nous dit que c’était une prise d’air, un joint certainement, on n’arrive même pas à savoir où. Bon, merci les gars, on vous recommandera chaleureusement! Le point est ici : 42.876705N 74.654009E. On peut donc repartir vers de nouvelles aventures.

Un commentaire

  1. Vous êtes de Supers Fadas …..Allez Marseille , Yves vit à 300 à l’heure dans le déplacement de ces bouquins ……..Geneviève , fidèle à elle même …tout va bien sauf l’ OM ……

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *